maitrise de soi

Facebooktwitterpinterestlinkedin

Selon la Bible, le premier crime de l’humanité fut déjà un échec de la maîtrise de soi. Dieu interdit à Ève de déguster le fruit sur l’arbre de la connaissance. Mais la tentation fut trop forte.

Le fruit était tellement agréable à l’œil, l’envie de gagner en sagesse si forte et le besoin de plaire à la belle Ève si grand, qu’Adam succomba.

Qui n’en aurait pas fait autant ? L’humanité n’avait seulement que quelques jours, et nous voilà déjà affectés d’un vice.

Ce qu’il faut en conclure : nous sommes systématiquement condamnés à l’échec lorsque la tentation est plus forte que la volonté.

Oui, nous sommes très mauvais quand il s’agit de résister à la tentation.

Car maîtriser ses pulsions en particulier face aux distractions qui nous envahissent chaque jour est un effort vraiment difficile à faire.

J’avoue que c’est aussi quelque chose sur lequel je dois travailler 🙂 : il m’arrive souvent de me retrouver face à mon réfrigérateur ouvert à la recherche de mon soda ou de mon pudding au chocolat préféré. Ou alors, je me rends compte, trop tard, avoir encore perdu, une demi-heure de mon samedi matin à surfer sur YouTube.

Alors, comment pouvons-nous résister à la tentation ?

Les scientifiques ont fait ces dernières années, des découvertes majeures sur la manière dont fonctionne notre maîtrise de soi.

maitrise de soi

Nous avons beaucoup de mots pour exprimer la maîtrise de soi : détermination, résolution, autodiscipline, volonté.

Du point de vue scientifique, les psychologues définissent la volonté ou la maîtrise de soi de manière plus spécifique. Pour la plupart d’entre eux, la volonté peut se définir comme suit :

  • La capacité à retarder la satisfaction, résister aux tentations à court terme afin d’atteindre des objectifs à long terme.
  • La capacité à ignorer une pensée, un sentiment ou une pulsion indésirable.
  • La capacité d’utiliser un système de comportement cognitif plutôt qu’un système émotionnel.
  • Une régulation consciente du moi par soi-même.
  • Une ressource limitée capable d’être épuisée.

Les prises de décisions au quotidien affaiblissent notre volonté

Les chercheurs ont constaté que la prise de décisions semble aussi épuiser notre volonté. La même énergie utilisée pour la maîtrise de soi est également utilisée pour prendre des décisions.

C’est pourquoi après avoir pris des décisions, nous avons beaucoup plus de mal à nous maîtriser.
À l’inverse, après avoir dû nous maîtriser suite à un évènement particulier, il apparaît que nous avons tendance à prendre plus difficilement des décisions. Ce qui peut nous amener à faire de mauvais choix.

Une personne au régime peut facilement éviter un croissant au beurre au petit-déjeuner, mais après une longue journée au travail, de prise de décisions difficiles, elle aura beaucoup plus de mal à résister au gâteau gravé sur la carte des desserts.

Un autre exemple ; la perte de sang-froid. Vous vous abstenez d’habitude de répondre négativement aux choses désagréables que votre partenaire pourrait vous dire.

maitrise de soi

Mais si un jour vous rentrez chez vous particulièrement épuisé et énervé, après une journée de travail stressante, et que votre partenaire vous provoque, vous explosez et dites des mots que vous n’auriez certainement pas utilisés si votre volonté était à son plus haut niveau.

Résister fréquemment aux tentatives répétées a un coût sur la maîtrise de soi

Certaines personnes pensent que la maîtrise de soi ou la volonté sont des énergies que nous n’utilisons que de temps à autre. Par exemple lorsque nous sommes tentés à faire quelque chose de mal. Mais c’est entièrement faux.

Des recherches ont montré qu’une personne moyenne passe trois à quatre heures par jour à résister à ces désirs ; la maîtrise de soi est également utilisée pour d’autres facteurs, comme le contrôle des pensées, des émotions et des prises de décisions.

  • Vous résistez à l’envie de naviguer sur le Web au lieu de terminer votre rapport.
  • Vous choisissez de prendre une salade lorsque vous désirez un hamburger.
  • Vous vous mordez la langue quand vous souhaitez faire une remarque.

Nous utilisons donc notre volonté plusieurs fois par jour, toute la journée.

Résister à toutes ces tentations à un effet dévastateur sur notre volonté.

Sommes-nous destinés à échouer lorsque nous faisons face à trop de tentations ?

Pas nécessairement.

Il semblerait que nous conservions une certaine dose de volonté en réserve pour des besoins futurs.

Les bonnes motivations nous permettent de tirer parti de ces réserves. Nous sommes ainsi capables de persévérer même lorsque notre volonté a été fortement affaiblie.

L’expérience scientifique des guimauves

Il y a plus de 40 ans, le psychologue Walter Mischel, a étudié la maîtrise de soi chez les enfants au moyen d’un test simple, mais efficace. Ses expériences utilisant le « test du marshmallow » ont jeté les bases de l’étude moderne sur la maîtrise de soi.

Mischel et ses collègues ont présenté une assiette de guimauves à un enfant. L’enfant a ensuite été informé que le chercheur devait quitter la pièce pendant quelques minutes, mais en lui donnant un choix simple. Si l’enfant pouvait attendre le retour du chercheur, alors il aurait deux guimauves.

Si l’enfant ne pouvait tout simplement pas attendre, il pouvait actionner une sonnette et le chercheur reviendrait immédiatement, mais il ne serait alors autorisé qu’à manger une seule guimauve.

Nous reviendrons plus loin dans l’article aux conclusions de cette expérience.

Quelle est donc la potion magique qui permet de contrer un affaiblissement de notre volonté ?

Le glucose est le produit chimique qui, dans le flux sanguin, apporte l’énergie au cerveau, aux muscles et aux autres organes de notre corps.

En termes simples, le glucose est le carburant du cerveau. Nos efforts pour contrôler notre volonté réduisent le taux de glycémie dans le sang.

En conséquence, un faible niveau de glucose peut être responsable de problème de maîtrise de soi. Par contre, le réapprovisionnement en glucose, même avec un simple verre de limonade, peut aider à restaurer une partie de cette maîtrise de soi perdue.

Une étude a constaté que la consommation de limonade sucrée avait permis de restaurer la volonté chez certains individus alors que d’autres, soumis au même test, et ayant consommé une limonade sans sucre n’avait ressenti aucune amélioration de leur volonté.

maitrise de soi

Les personnes ayant une « abondance de volonté » obtenaient des résultats presque identiques qu’ils aient ou pas mangé du sucre.

Les personnes ayant une « volonté affaiblie » (suite à un stress) obtenaient des résultats plus médiocres si elles n’avaient pas reçu de sucre.

Mis à part l’utilisation de la limonade sucrée, comment pouvons-nous renforcer notre volonté ?

Stratégie n°1 : exercer sa volonté aussi souvent que possible

Comme pour un muscle, la maîtrise de soi s’améliore en l’exerçant régulièrement.

Ainsi, s’engager pendant quelques semaines dans des activités qui sollicite votre volonté aura comme effet d’améliorer la maîtrise de soi.

Les exercices peuvent être aussi simples que d’utiliser votre main gauche au lieu de votre main droite pour ouvrir les portes et se brosser les dents. Ou, ils peuvent être plus significatifs, comme par exemple s’appliquer à mieux gérer son argent et à économiser davantage.

L’important est de changer pour un temps vos routines habituelles afin d’exercer un contrôle délibéré sur vos actions.

Au fil du temps, cette pratique améliorera la maîtrise de soi.

Stratégie n°2 : garder autant que possible un haut degré de motivation

Le psychologue et chercheur Roy Baumeister, auteur du livre Willpower: Rediscovering the Greatest Human Strength, a également exploré les effets de l’humeur sur la maîtrise de soi.

En élevant l’humeur de sujets volontaires grâce à des vidéos comiques et en leur offrant des cadeaux surpris, Baumeister a pu démontrer qu’une bonne humeur peut surmonter certains des effets de l’affaiblissement de la volonté.

Pour sa part, le psychologue Mark Muraven a constaté une diminution de la volonté plus faible chez des personnes qui avaient été informées qu’ils seraient payés pour leurs efforts, ou que leurs efforts profiteraient aux autres (par exemple, aider à trouver un remède contre la maladie d’Alzheimer).

Il en conclut qu’un haut degré de motivation peut aider à surmonter une baisse de volonté, du moins jusqu’à un certain point.

Stratégie n°3 : trouver les bonnes raisons

Les raisons pour lesquelles nous faisons un régime peuvent également jouer un rôle sur notre volonté.

Comme décrit ici plus haut, Muraven a pu constater que nos croyances et nos attitudes peuvent nous protéger des effets d’épuisement de la maîtrise de soi.

Dans une autre expérience, il a demandé à des volontaires de résister de manger des biscuits placés devant eux. Il a ensuite testé leur volonté en les obligeant à presser, aussi longtemps qu’ils le pouvaient, une poignée d’exercice utilisé par les culturistes.

Il a constaté que ceux qui avaient choisi de ne pas manger les cookies pour des raisons internes (comme profiter du défi de résister aux friandises) ont montré une meilleure maîtrise de soi dans le test de la poignée que les personnes qui ont résisté pour des raisons externes (par exemple pour satisfaire les chercheurs).

Stratégie n°4 : éviter la tentation est une stratégie efficace pour garder la maîtrise de soi

Dans l’étude sur les guimauves de Walter Mischel, dans laquelle les enfants avaient le choix entre manger une guimauve immédiatement ou attendre un temps indéterminé pour pouvoir en manger deux ; les enfants qui regardaient constamment les guimauves étaient moins susceptibles de résister que les enfants qui fermaient les yeux, qui se détournaient des guimauves ou qui tentaient de se distraire autrement.

maitrise de soi
Illustration by Barry Blitt

Le principe du « hors de la vue, hors de l’esprit » s’applique également aux adultes. Une autre étude récente a révélé que les employés de bureau qui gardaient des bonbons dans un tiroir succombaient moins vite à la tentation que lorsqu’ils gardaient ces bonbons sur leurs bureaux, à leur vue.

Stratégie n°5 : la technique que les psychologues appellent « l’intention de mise en œuvre »

Habituellement, ces intentions prennent la forme de déclarations « si-alors » qui nous permet de planifier des situations déterminantes.

Par exemple, quelqu’un qui surveille sa consommation d’alcool pourrait se dire avant de partir en soirée : « Si quelqu’un m’offre un verre, alors je demanderai au soda au citron vert ».

Les intentions de mise en œuvre améliorent la maîtrise de soi, même parmi les personnes dont la volonté a été affaiblie.

Prévoir un plan peut vous permettre de prendre des décisions dans le moment sans avoir à utiliser votre volonté.

Stratégie n°6 : la pratique d’exercice physique régulière

Il semblerait que l’exercice régulier de la volonté par l’exercice physique — « Je dois allez maintenant à la salle de sport “ ‘je dois effectuer mes dix mille pas par jour’ — améliore la volonté dans presque tous les domaines de la vie.

Stratégie n°7 : mangée régulièrement, mais sans exagération

Le fait qu’une des causes de la diminution de la volonté peut être liée au niveau de glucose suggère également un remède possible ; manger régulièrement pour maintenir un taux stable de glycémie dans le cerveau peut aider à restaurer une volonté affaiblie.

Ce qui signifie que les personnes à la diète, qui cherchent à réduire leurs prises de calories, devraient mieux manger de petits repas fréquents plutôt que de sauter le petit-déjeuner ou le déjeuner.

Stratégie n°8 : atteindre ses objectifs un par un

Les conclusions des études sur l’épuisement de la volonté suggèrent également que créer une liste de résolutions le jour du Nouvel An est la pire approche possible.

Avoir sa maîtrise de soi affaiblie dans un domaine peut réduire votre volonté dans d’autres domaines.

Il est donc plus logique de se concentrer sur un seul objectif à la fois.

En d’autres termes, n’essayez pas d’arrêter de fumer, d’adopter une alimentation saine et de commencer un nouveau plan d’exercice tout cela en même temps.

Attaquer ses objectifs un par un est une meilleure approche.

Une fois qu’une bonne habitude est en place, vous n’aurez plus à utiliser votre volonté pour maintenir ce nouveau comportement.

Les bonnes habitudes deviendront ainsi des automatismes qui ne nécessiteront plus de prendre des décisions qui pourraient affaiblir la maîtrise de soi.

En conclusion : Trouver l’équilibre

La maîtrise de soi ne signifie pas une abstinence totale. Il s’agit plutôt de trouver le bon équilibre.

Vous interdire ce dont vous avez besoin est aussi mauvais que de trop se laisser aller. Votre bonheur en souffrira et cela supprimera rapidement beaucoup de joie dans votre vie.

L’empathie dépend de votre capacité à surmonter votre propre point de vue, à apprécier quelqu’un d’autre et à marcher dans ses chaussures.

La maîtrise de soi est essentiellement la même chose, sauf que ces chaussures sont les vôtres et qu’elles appartiennent à votre avenir ; une entité hypothétique qui pourrait aussi être une personne différente.

Alors, pensez à la maîtrise de soi comme une sorte d’altruisme temporel. C’est votre VOUS du présent qui aide votre VOUS du futur.

Quelles sont les stratégies que vous utilisez avec succès ? Partagez et laissez un commentaire ci-dessous.

Référence :

Olivier Charles

Olivier Charles est passionné par l’entrepreneuriat, la finance et le développement personnel. Il est contributeur pour developpementpersonnel.org et le créateur de Motive-Toi.com. Un blog personnel dédié à vous aider à devenir plus efficace, en exploitant au maximum vos possibilités qui mèneront à la réalisation de vos objectifs les plus importants.
Facebooktwitterpinterestlinkedin