Startups

Entreprendre Á 40 ans ? Fais Comme l’Oiseau !

• Bookmarks: 60


Philippe ANDREOLI
Les derniers articles par Philippe ANDREOLI (tout voir)

Plus d’un million de création d’entreprises en 2021 !

Oui vous avez bien lu. Alors qu’on plafonnait dans les années 2000 à moins de 250000 créations d’entreprise, nous allons dépasser en 2021 le million (voir image ci-dessous, source BPI France Création).

Incroyable ! Un vent de liberté souffle sur la France et dans la tête des salariés et autres demandeurs d’emploi.

phases création d'entreprise

Pourtant le CAP est difficile à passer, et de très nombreuses personnes ont tellement peur “d’y laisser des plumes” qu’elles restent pétrifiées, plantées sur la ligne de départ, sans la moindre possibilité d’avancer. Et on peut très bien le comprendre !

Maison, voiture, crédits, scolarité des enfants, va-t-on pouvoir continuer à assurer ? peut-on réellement vivre d’une passion ?

Même si le DRH d’une très belle entreprise française de fabrication du papier commentait sur LinkedIn la semaine dernière que le travail ne peut pas constituer un loisir pour chacun, ce qui est certainement très vrai, on ne doit pas non plus penser que c’est impossible. C’est même parfois une question de survie. Laisser-moi vous parler un peu d’une légende amérindienne et d’un animal très important pour ce peuple : l’aigle.

Entreprendre est un très grand changement

Il circule sur le net une légende que j’aime bien. Il s’agit d’un aigle âgé de 40 ans, qui serait devenu trop lourd pour bien voler (trop de plumes, trop de kératine sur son bec et ses griffes…). Le rapace aurait alors 2 choix : soit se laisser mourir, soit escalader comme il peut la plus haute des montagnes et réaliser une transformation. Cette dernière se ferait dans la douleur, l’oiseau étant obligé d’arracher ses plumes, ses serres et son bec pour en laisser pousser de nouveaux. Et après cette période de souffrance, l’aigle serait redevenu cet animal majestueux pour 30 nouvelles années.

Des sites très bien avisés reprennent cette histoire pour bien évidemment souligner qu’aucun aigle ne fait jamais cela, et que sa durée de vie est en moyenne de 30 ans.

Alors, pourquoi une telle légende perdure depuis les années 2000 sur le net, voire même bien plus longtemps ? Selon le site libération, la médiéviste et chercheuse au CNRS Marjorie Burghart aurait “croisé” cette légende dans un sermon en latin du 13e siècle.

La réponse ? Parce qu’elle est inspirante ! Nous avons besoin d’être inspirés. Et entreprendre ne déroge pas à la règle.

Avant de vous lancer dans un tel changement, vous allez devoir lui donner du sens. Et pour y parvenir, vous devrez trouver des sources d’inspiration dans les expériences des autres, dans des récits, dans la spiritualité, dans des contes et métaphores, OUI !

Donner un sens à l’entrepreneuriat

En 2009, au moment où je devais “me lancer”, je suis tombé par hasard sur cette légende de l’aigle, grâce à une de mes lectures du soir. C’était un livre de Gérard Szymanski, un professeur de PNL que j’avais adoré, et qui, lors d’un séminaire, avait fait naitre en moi cette idée folle d’un jour devenir comme lui. Il m’avait inspiré !

A la lecture du conte sur l’aigle qu’il présentait comme une légende amérindienne, je me suis senti “pousser des ailes”. L’idée d’un échec éventuel devenait juste un obstacle, une expérience, un mal nécessaire pour avoir une belle “seconde partie” d’existence.

Je me sentais inspiré par des valeurs de courage, de résilience, de dépassement de soi. J’allais devenir un chevalier Jedi, écrire ma propre histoire.

Pourtant, passée l’euphorie du moment, il me manquait encore quelque chose. je me suis mis à faire des recherches sur les représentations de l’aigle dans la culture amérindienne.

Un apport spirituel non négligeable, vraiment !

Mes recherches m’ont conduit à David Carson et Jamie Sams et à un de leurs ouvrages sur ce qu’ils appellent les Cartes Médecine. Voilà ce que j’en ai compris.

Pour les tribus amérindiennes, nous retournons tous un jour à la nature. Donc c’est de cette dernière que nous devons tirer les enseignements afin de mieux vivre notre vie en harmonie. Bon jusque-là, rien de bien différent de mes croyances de l’époque.

La nouveauté tient dans le fait que les indiens voyaient les enseignements de mère nature dans l’étude du comportement des animaux. Ils appelaient ces enseignements “Médecine”. En étudiant les habitudes de vie des animaux, les “hommes Médecine” espéraient tirer certains messages de guérison physique, mentale et spirituelle.`

Bon, et l’aigle dans tout ça ?

Les indiens considéraient les plumes de l’aigle comme l’outil de guérison le plus sacré, le lien direct avec le Grand Esprit. En effet, l’aigle représente la force qu’il faut pour s’élever au-dessus des banalités de la vie quotidienne, pour apprendre à faire confiance à quelque chose de plus grand que soi. C’est seulement après un dur labeur, le vécu de hauts et de bas, que nous pourrons avoir la compréhension de la vie et nous préparer à bien vieillir.

Et si une étape de milieu de vie était nécessaire ?

Bien vieillir est important non ?

C’était clair pour moi. Entreprendre serait le moyen de mieux me connaître, découvrir des aspects de ma personnalité, de mes émotions qui me permettraient de devenir enfin l’homme que je suis. C’est en m’imaginant vieux et serein que je m’apercevais que j’avais besoin de traverser ce changement, avec ses hauts et ses bas.

S’attaquer férocement à la peur de l’inconnu

Je connaissais déjà la métaphore de la maman chat pour gérer la peur de l’échec (thérapie ACT), mais cette idée de m’exposer à la peur de l’inconnu sonnait comme une avant-première pour se confronter à la plus grande inconnue humaine : la fin de la vie. De toutes les façons, j’y serai confronté un jour, je n’y avais jamais pensé. Alors pourquoi ne pas commencer maintenant et commencer à apprendre à lâcher prise et faire confiance.

Voilà ce que cette histoire d’aigle a évoqué pour moi au moment de m’engager dans la voie de l’entrepreneuriat. Cela a réveillé en moi l’instinct du guerrier prêt à changer ce qui serait possible de changer, l’instinct de résilience prêt à accepter qu’il ne pourra pas tout changer.

Mais le plus important, c’est que j’avais compris que ce que je ferais et réaliserais à partir de ce jour était important certes, mais beaucoup moins que la vision de la trace que je voulais laisser, de l’image de l’homme que je voulais devenir.

Et vous, qu’est ce qui va vous inspirer pour vous engager ?

60 recommended
bookmark icon

Write a comment...

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.