Burn Out, Ne Vous Blâmez Pas !

Facebooktwitterpinterestlinkedin

Article invité écrit par William, co-fondateur de la La Fabrique à Remèdes.

Un titre léger semblant avoir été tiré d’une conférence sur le développement personnel mais qui prend tout son sens quand on est confronté au burn out. 

Car si tout le monde croit savoir, tous ne connaissent pas la réalité de cette affection. Qui n’a pas été un jour stressé au travail ? Qui n’a jamais été confronté à l’effroi du dimanche ?

Mais, d’un point de vue médical, le burn out est un état bien différent. Il faut l’avoir éprouvé pour savoir ce que c’est, vous diront, à juste titre, ceux qui sont passés par là. Car en effet l’épuisement professionnel va bien au-delà du simple besoin de vacances, c’est une maladie officiellement reconnue par l’OMS depuis 2017 qui s’apparente à un feu intérieur qui consume ses victimes de manière sournoise.

Presque imperceptible au départ mais finissant par dévorer tout sur son passage, au fur et à mesure que le stress généré par le travail, s’insinue dans tous les recoins de nos vies.  

Si vous arrivez à dégager une heure pour aller au cinéma, pour aller au restaurant ou simplement pour vous promener, ces moments deviennent rapidement contaminés par des pensées envahissantes et angoissantes de délais à respecter, de stratégies à mettre en place ou simplement d’un stress anticipatoire de la journée du lendemain. 

Mais le phénomène le plus remarquable dans tout ça, est sûrement l’obstination des personnes souffrant de stress excessif au travail à ne pas ralentir la cadence, se laissant ainsi consumer lentement jusqu’à la rupture. Mais comment expliquer ces comportements irrationnels ?

Burn Out, Ne Vous Blâmez Pas !

Nous sommes conditionnés à supporter l’insupportable

De nos jours, l’épuisement professionnel est malheureusement devenu un mode de vie. Avant, ceux qui étaient le plus ardu à la tâche étaient ceux qui tentaient de s’en sortir au mieux. Mais aujourd’hui la valeur travail revêt un caractère bien différent. S’il est une idée bien ancrée dans notre inconscient collectif, c’est l’idée que pour “réussir sa vie”, il faut énormément travailler, faisant presque de ce volume de travail, un gage d’un certain statut social. 

Dans cette philosophie ambiante, il est presque devenu tabou de désirer réduire sa cadence de travail, au risque d’être stigmatisé comme une personne fainéant, désintéressée, voir suspecte. Qui aujourd’hui peut, droit dans ses bottes, demander le congé sabbatique auquel il a le droit à son supérieur sans être envahi par une certaine gêne ?

Alors la compétition dans notre esprit s’installe et quand nous faisons face à un épuisement professionnel nous fermons les yeux sur les symptômes du burn out qui clignotent pourtant à tous les étages. 

Mais rassurez vous, il existe des solutions pour traiter un burn out et vous les trouverez dans l’article que nous avons écrit à ce sujet.

Burn Out, Ne Vous Blâmez Pas !

Au-delà du temps de travail, d’autres facteurs sociétaux sont déterminants dans la survenue du burn out.

Le goût à l’effort, le travail bien fait, le courage, la persévérance, autant de valeurs qui augmentent les niveaux de stress au travail. “Être fort”, “tenir le coup”, “se dépasser”, autant d’injonctions qui nous ont bercé depuis l’enfance dont il faut mesurer l’impact pour éviter qu’elles n’augmentent la pression, déjà grande, qui pèse sur nos épaules et qui mènent au burn out.

Du côté de l’entreprise, de nouvelles exigences sont imposées aux salariés. Fini le temps des spécialistes, aujourd’hui il faut être tout-terrain, avoir de multiples compétences pour être multitâches. Cette sollicitation à outrance est un casse-tête complexe à résoudre pour le cerveau, qui peut parfois finir par baisser les armes.

Si on saupoudre le tout par une concurrence accrue dans le monde du travail, le salarié doit frôler la perfection pour être un élément tout juste acceptable.

Burn out ne vous blâmez pas, vous avez fait le maximum

Quand on est au prise avec le burn out, on peut se sentir coupable. Coupable de ne plus répondre aux attentes, coupable de ne pas surmonter les problèmes que les autres semblent surmonter. Le coin reculé de votre cerveau qui gère l’autodépréciation marche à plein tube et le burn out réveille en vous un ce sentiment d’imposture, qui vous fait croire que vous n’êtes pas à votre place. 

Alors on s’accroche, en attendant que l’orage passe, pensant qu’on finira par être plus fort que le burn out. Mais en réalité, il s’agit d’une maladie et non pas d’une carence de self-control. 

Renoncer au marathon pour lequel vous vous étiez inscrit car vous souffrez d’un lumbago, est-il une preuve de manque de volonté ? Non, alors de la même façon soyez rationnel et ne vous blâmez pas, même si dans ces moments-là votre cerveau est un vrai champ de mines.

Plus vous restez dans cette situation, plus vous vous exposez, plus dure sera la chute.

Burn Out, Ne Vous Blâmez Pas !

Et si le burn out était une opportunité ? 

Ses conséquences varient d’un individu à l’autre. Une constante commune toutefois : la souffrance. Une souffrance qui génère une telle turbulence dans une vie que l’on voyait se dessiner paisiblement qu’elle nous oblige à prendre un nouveau départ. Nous y sommes forcés, donc passe ta route la culpabilité!

Alors il est temps de retirer vos œillères et de sortir la tête du sable : vous vous êtes brûlé parce que vous avez volontairement ignoré la fumée qui envahissait votre vie.

Que vous ayez toujours dit oui à un travail supplémentaire, intériorisé la nécessité de plaire aux autres avant de vous plaire ou que vous ayez ignoré que votre boulot ne vous plaisait simplement plus, retenez les leçons qui s’imposent, établissez de nouvelles limites et tenez compte dans vos décisions de la balance avantages / inconvénients pour rebâtir un projet, sur des bases saines. 

Car la plupart des gens qui ne sont pas épanouis au travail traversent la vie avec ce sentiment flottant que les choses pourraient être mieux, sentiment qu’ils finiront par apprivoiser. Mais est-ce si bien que ça ? Faire un burn out c’est peut-être recevoir, en pleine face le message suivant “ Ecoute-toi maintenant, fais, dans la mesure du possible, ce dont tu as envie parce qu’il est hors de question de continuer à supporter l’insupportable. 

A lire aussi: L’antidépresseur naturel efficace existe-il ?

William
Les derniers articles par William (tout voir)
Facebooktwitterpinterestlinkedin