Facebooktwitterpinterestlinkedin

Près de 500 000 personnes meurent chaque année de maladies liées au tabac… rien qu’aux États-Unis ! Au cours de la prochaine décennie, on estime qu’environ huit millions de personnes mourront prématurément chaque année à cause du tabagisme dans le monde. La liste des maladies et affections liées au tabac est longue et ne cesse de s’allonger.

Elle comprend, entre autres, les maladies cardiovasculaires, l’emphysème, les bronchites ou encore le cancer des poumons. Si les dangers du tabagisme sont assez connus, la meilleure façon d’arrêter de fumer ne l’est pas. En fait, il n’y a pas de meilleure façon… juste des options qui conviendront plus ou moins à chaque fumeur en fonction de son profil.

Quel est le modus operandi de la cigarette électronique ?

Les utilisateurs de cigarettes électroniques ou e-cigarettes inhalent un aérosol créé en chauffant de la nicotine, des arômes et d’autres substances. Il semble y avoir un consensus général sur le fait que le vapotage (terme souvent utilisé pour décrire l’utilisation des e-cigarettes) est plus sûr que la cigarette. Cela dit, le vapotage peut provoquer une irritation de la bouche ou de la gorge, des nausées et de la toux, et ses effets à long terme ne sont pas encore connus.

Les e-cigarettes ont beaucoup fait parler d’elles ces derniers temps, car on craint qu’elles ne soient commercialisées auprès des enfants, avec des options de saveurs telles que la barbe à papa, le cupcake et le tutti-frutti. Une enquête a révélé qu’environ 80 % des élèves du secondaire avaient vu des publicités pour les e-cigarettes. Comme nous savons que la nicotine crée une forte dépendance et que les risques à long terme de l’inhalation de fumée chez les enfants ne sont pas connus, la popularité croissante de l’inhalation de fumée chez les jeunes pourrait créer une série de problèmes de santé imprévus à l’avenir.

Par ailleurs, des études sur les animaux et des recherches limitées sur l’Homme ont montré que l’inhalation de vapeurs peut entraîner des modifications des voies respiratoires similaires à celles provoquées par le tabac. Et certaines des substances chimiques détectées dans les arômes ont été retirées des produits alimentaires parce qu’elles étaient liées à des problèmes de santé. On craint également que les adolescents qui deviennent dépendants à la nicotine par l’inhalation de vapeurs soient plus susceptibles de fumer des cigarettes à l’âge adulte ou d’essayer d’autres drogues addictives telles que les opiacés.

La cigarette électronique pour arrêter de fumer

Les partisans du vapotage en ont fait la promotion comme moyen d’aider les fumeurs de cigarettes à arrêter. Bien que cela ne soit pas encore formellement prouvé, il peut y avoir des avantages pour la santé à remplacer le tabac par la cigarette électronique. Une nouvelle étude a comparé le vapotage avec d’autres approches courantes de remplacement de la nicotine comme moyen d’aider les fumeurs à arrêter. Les résultats soutiennent l’idée que les cigarettes électroniques peuvent effectivement aider certains fumeurs à arrêter le tabac sans les plonger dans un sevrage rude.

La Cigarette électronique Peut-elle Vous Aider à Arrêter De Fumer ?

Les chercheurs ont recruté près de 900 personnes qui voulaient arrêter de fumer. La première moitié devait fumer des e-cigarettes et l’autre utiliser d’autres produits de remplacement de la nicotine (tels que des patchs et des gommes à la nicotine). Tous les participants à l’étude ont bénéficié d’un conseil individuel hebdomadaire pendant quatre semaines. Au bout d’un an, l’arrêt du tabac a été confirmé par des mesures du monoxyde de carbone expiré. Voici ce que les chercheurs ont constaté :

  • Parmi les personnes utilisant les cigarettes électroniques, 18 % avaient arrêté de fumer, tandis que seules environ 10 % de celles qui utilisaient une thérapie de substitution de la nicotine avaient arrêté ;
  • Parmi les personnes ayant réussi à arrêter de fumer, 80 % de celles du groupe « e-cigarette » continuaient à vapoter après avoir arrêté le tabac, tandis que seulement 9 % de celles du groupe « thérapie de remplacement de la nicotine » continuaient à utiliser ces produits ;
  • Les rapports sur la production de toux et de mucosités ont davantage diminué dans le groupe des utilisateurs d’e-cigarettes.

Alors que l’utilisation de l’e-cigarette était associée à un taux de cessation du tabagisme presque deux fois plus élevé, plus de 80 % des fumeurs ayant participé à cette étude continuaient à fumer un an plus tard. Notons enfin que les e-cigarettes utilisées dans cette étude contenaient des niveaux de nicotine bien plus faibles que ceux trouvés dans certaines marques courantes.

Facebooktwitterpinterestlinkedin