L’art De Tenir Un Journal : Comment Démarrer, Les Avantages Et Plus Encore

La tenue d’un journal n’est pas seulement une petite chose que vous faites pour passer le temps ou pour écrire vos souvenirs. Bien que cela puisse l’être, c’est une stratégie qui aide des personnes brillantes et puissantes à devenir meilleures dans ce qu’elles font.

Oscar Wilde, La Reine Victoria, Virginia Woolf, John Steinbeck, Franz Kafka et Benjamin Franklin, pour n’en nommer que quelques-uns. C’était, pour eux et pour tant d’autres, une façon de pratiquer leurs principes, d’être créatif et de purger l’esprit de l’agitation. Cela faisait partie de qui ils étaient. Cela a fait d’eux ce qu’ils étaient.

Que vous soyez nouveau ou que vous ayez déjà tenu un journal intime mais que vous ayez perdu la pratique, ce guide vous dira tout ce que vous devez savoir. Vous apprendrez non seulement comment tenir un journal, mais aussi ses avantages et plus encore.

I. Les avantages de tenir un journal

Les avantages scientifiques de tenir un journal

La recherche scientifique est vaste et convaincante :

Selon une étude menée par la Harvard Business School, les participants qui ont tenu un journal à la fin de la journée ont eu une augmentation de 25 % de leurs performances par rapport à un groupe témoin qui n’a pas tenu de journal.

Une autre étude de l’Université de Cambridge a révélé que tenir un journal aide à améliorer le bien-être après des événements traumatisants et stressants. Les participants invités à écrire sur de tels événements pendant 15 à 20 minutes ont constatés des améliorations de la santé physique et psychologique.

Une autre étude a découvert que tenir un journal avant de se coucher diminue les stimuli cognitifs, la rumination et l’inquiétude, ce qui vous permet de vous endormir plus rapidement.

Apportez vos problèmes à votre journal

Le 12 juin 1942, Anne Frank fait sa première entrée dans son célèbre journal : « J’espère que vous serez une grande source de réconfort et de soutien. » Vingt-quatre jours après cette première entrée, Anne et sa famille juive fut forcées de se cacher, dans le grenier exigu au-dessus de l’entrepôt de son père à Amsterdam. C’est là qu’ils passeraient les deux prochaines années.

Selon le père d’Anne Frank, Otto, Anne n’écrivait pas tous les jours dans son journal. Elle a écrit quand elle était bouleversée ou face à un problème. Elle a écrit quand elle était confuse. Elle a écrit dans ce journal comme une forme de thérapie, afin de ne pas décharger ses pensées troublées sur la famille et les compatriotes avec lesquels elle partageait des conditions si peu enviables.

Écrivez sur les personnes extrêmement frustrantes que vous avez rencontrées aujourd’hui. Les remarques, les tweets, les titres de l’actualité qui vous ont rendu furieux. Écrivez sur les blessures que vous portez encore depuis l’enfance. Les mauvaises expériences. Les sources d’anxiété ou d’inquiétude, les frustrations qui surgissent régulièrement aux pires moments. Quel que soit le problème auquel vous êtes confronté, amenez-les dans votre journal. Vous serez choqué de voir à quel point vous vous sentirez bien ensuite.

Laissez vos pensées destructrices dans votre journal

Eugène Delacroix, qui appelait le stoïcisme sa religion consolatrice, luttait comme nous tous contre des tourments intérieurs  : « Mon esprit est continuellement occupé à des intrigues inutiles… Ils me brûlent et me dévorent. L’ennemi est à ma porte. Plus tard, il écrit : « Je reprends mon Journal après une longue pause. Je pense que c’est peut-être une façon de calmer cette excitation nerveuse qui me préoccupe depuis si longtemps.

C’est ce qu’est tenir un journal. Au lieu de transporter ce bagage dans nos têtes, nous le mettons sur papier. Nous portons tous autour de nous des pensées destructrices. À propos des choses qui ont mal tourné. Les gens qui nous ont fait du mal. Les erreurs dont nous sommes honteux. Les promesses que nous avons faites puis rompues, ou qui nous ont été faites puis rompues par quelqu’un d’autre.

Tenez un journal pour votre futur moi

Il est donc utile d’avoir une image précise de votre passé. Vous ne pouvez pas vous fier à des souvenirs lointains, mais vous pouvez vous fier à votre journal. C’est le meilleur indicateur pour votre futur moi de ce qui se passait réellement dans votre vie à ce moment-là. Si vous sentez que vous n’avez pas le temps ou que ce n’est pas assez intéressant, rappelez-vous : vous faites cela pour votre futur moi. À l’avenir, vous voudrez revenir sur cette période de votre vie et découvrir ce que vous faisiez réellement, au jour le jour, et comment vous vous sentiez vraiment à l’époque. Cela vous aidera à prendre de meilleures décisions.

À quelle fréquence consultez-vous votre passé pour prendre des décisions ? La journalisation est une banque de mémoire avec un stockage illimité. C’est une archive, un manuel de référence, un outil inégalé pour apprendre d’aujourd’hui pour informer demain.

Oubliez toutes les règles. Faites ce qui fonctionne pour vous

Quelle est la meilleure façon de commencer à tenir un journal ? Y a-t-il un moment idéal de la journée ? Combien de temps cela devrait-il prendre? Combien de pages?

Oubliez tout ça. La façon dont vous tenez votre journal est beaucoup moins importante que la raison pour laquelle vous le faites : pour vous débarrasser de quelque chose. Pour passer un moment tranquille avec vos pensées. Pour clarifier ces pensées. Pour préparer la journée à venir et faire le bilan de la journée qui s’est écoulée. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise façon. Le but est juste de le faire.

Il n’y a pas de règles dans la rédaction d’un journal. Les pages ne sont que pour vos yeux. Soyez votre moi le plus étrange. Soyez votre moi le plus curieux. Soyez votre moi le plus prolifique qui ait des idées horribles. Débarrassez-vous de tout et de tout ce qui vous passe par la tête. Il n’y a pas qu’une seule façon de tenir un journal. Il n’y a pas de bonne façon de tenir un journal. Il n’y a que votre façon de tenir un journal.

Trouvez ce qui fonctionne pour vous. Sachez simplement que cela peut s’avérer être la chose la plus importante que vous fassiez toute la journée.

II. Comment tenir un journal

Commencez petit

Votre journal n’a pas besoin de produire une prose digne d’un prix Nobel. Vous n’avez pas besoin de vous engager dans une pratique de vie pour le moment. Commencez par une phrase : comment vous vous sentez, quelque chose que vous avez fait hier, quelque chose qui vous passionne, quelqu’un à qui vous pensez. Commencez par le faire pendant une semaine. Commencez par écrire quelques choses pour lesquelles vous êtes reconnaissant. Commencez par une phrase sur l’état d’esprit avec lequel vous allez attaquer la journée, sur quelque chose d’intéressant que vous avez appris lors de votre lecture d’hier, sur vos plans pour la journée. Quoi qu’il en soit, commencez  petit.

Suivez quelque chose dans votre journal

La plupart des gens abandonnent l’habitude de tenir un journal, ou ne commencent jamais, par intimidation. La page blanche fait peur. Par où commencer ? Je n’ai rien d’important à dire. Réduisez la pression en créant une mesure facile à suivre chaque jour comme première ligne de votre entrée de journal.

Vous pouvez suivre l’heure à laquelle vous vous êtes réveillé et combien d’heures de sommeil vous avez. Vous pouvez enregistrer tout ce que vous avez mangé ce jour-là. Vous pouvez enregistrer les tâches que vous avez accomplies au travail hier. Le but est de savoir exactement par où commencer lorsque vous ouvrez la page blanche chaque jour.

Utilisez votre journal pour vous préparer le matin

Malgré ses difficultés avouées à sortir de son lit chaud et confortable , Marc Aurèle semble avoir fait son journal dès le matin. D’après ce que nous pouvons recueillir, il prendrait des notes sur ce à quoi il était susceptible de faire face dans la journée à venir. Il a parlé de la façon dont les gens pourraient être frustrants et comment leur pardonner, il a parlé des tentations qu’il éprouverait et comment y résiste.

Qui sait quel genre d’empereur, quel genre d’homme, Marcus aurait été sans cette préparation ? Mettre sa propre pensée sur papier lui permettait de la voir de loin. Cela lui a donné une objectivité qui fait si souvent défaut lorsque l’anxiété, les peurs et les frustrations envahissent nos esprits.

Fixez une intention ou un objectif pour la journée. Il n’est pas nécessaire que ce soit un objectif élevé et bouleversant. Le but est de  donner quelque chose que vous pouvez revoir à la fin de la journée. Par rapport auquel vous pouvez réellement vous evaluer.

Utilisez votre journal pour revoir votre journée le soir

Contrairement à Marcus, Sénèque semblait faire l’essentiel de sa journalisation et de sa réflexion le soir. Comme il l’écrivait : « Quand la lumière s’est éteinte et que ma femme s’est tue, conscient de cette habitude qui est maintenant la mienne, j’examine toute ma journée et je repasse sur ce que j’ai fait et dit, ne me cachant rien, ne passant rien par. » Il se demandait si ses actions avaient été justes, ce qu’il aurait pu faire de mieux, quelles habitudes il pourrait réprimer, comment il pourrait s’améliorer.

Copiez les citations importantes dans votre journal

Dans son journal, Marc-Aurèle cite à deux reprises des extraits des comédies d’Aristophane, le dramaturge comique athénien. Une demi-douzaine de fois, on le voit citer les tragédies et les pièces d’Euripide, ainsi que les enseignements d’Epictète. Il cite le tragique Œdipe Roi de Sophocle . Il cite les philosophes Démocrite, Épicure et Platon. Il cite les poètes Empédocle, Pindare et Ménandre. Pétrarque en a gardé un. Montaigne, Napoléon, Charles Darwin, Ludwig van Beethoven, ils ont tous tenu un journal, un dépositaire de citations et d’anecdotes.

Remue-méninges d’idées dans votre journal

Ludwig van Beethoven était rarement vu sans son carnet, pas même lorsqu’il sortait boire un verre avec des amis. Il pouvait soudainement sortir son carnet et y écrire quelque chose. Les idées qu’il a lancées séparément, avec seulement quelques lignes et points et sans barres de mesure, sont des hiéroglyphes que personne ne peut déchiffrer.

Thomas Edison a tenu un cahier intitulé « Private Idea Book » dans lequel il a gardé différentes idées qui lui sont venues à l’esprit, des inventions possibles sur lesquelles il travaillerait plus tard, comme la « soie artificielle » ou « l’encre pour les aveugles ».

Avant que L’origine des espèces de Charles Darwin ne devienne un livre qui modifiait notre compréhension de la biologie, des sciences naturelles et de plusieurs autres disciplines de la connaissance humaine, ce n’était qu’une liste courante de pensées, d’observations et de leçons apprises tout au long de la journée que Darwin enregistrait dans son journal.

III. Les personalités ayant tenus un journal à travers l’histoire

La liste des personnes qui ont tenu un journal tout au long de leur vie est intéressement longue et d’une diversité fascinante. Voici notre top 4 :

Marc Aurèle

Il y a un peu moins de deux mille ans maintenant, le matin sur les lignes de front de la guerre en Germanie, un homme nommé Marc Aurèle, l’empereur de l’Empire romain, s’assit avec de l’encre et du papyrus et griffonna des rappels et des aphorismes de la pensée stoïcienne à lui-même. Où a-t-il appris à tenir ce journal ? Quel modèle suivait-il ? Nous ne le savons pas. Peut-être était-ce Epictète, un ancien esclave devenu philosophe stoïcien, qui avait enseigné qu’il fallait garder chaque jour à portée de main ses aphorismes et exercices philosophiques, qu’il fallait « les écrire, les lire à haute voix, en parler à soi-même et aux autres ». ” Ou peut-être était-ce Sénèque, un autre stoïcien, qui parlait de mettre nos vies en revue et de tenir un journal sur les points où nous pouvons nous améliorer.

En tout cas, ces quelques minutes passées seul avec un journal le matin n’étaient pas seulement relaxantes, elles contribuaient à faire de lui l’un des plus grands hommes que le monde ait jamais vus. Machiavel considère le temps de règne sous Marcus comme le « temps d’or » et a nommé Marcus le dernier des « cinq bons empereurs ». Ce sont les pensées intimes de l’une des plus grandes personnalités du monde – sur la façon de bien vivre, sur la façon de surmonter l’adversité, sur la façon de gérer les personnes frustrantes, sur la façon de combattre les pensées négatives, sur la façon de respecter les responsabilités et les obligations, de tout ce qui touche à l’expérience humaine.

Anne Frank

Pour son treizième anniversaire, une réfugiée allemande précoce du nom d’Anne Frank a reçu de ses parents un petit « carnet d’autographes » rouge et blanc. Bien que les pages aient été conçues pour recueillir les signatures et les souvenirs d’amis, elle a su dès le moment où elle l’a vue pour la première fois dans la vitrine d’un magasin qu’elle l’utiliserait comme journal.

Ce journal a guidé Anne Frank à travers une adversité inimaginable. Dans ce journal, nous entendons parler du sort intemporel du réfugié, nous nous rappelons l’humanité de chaque individu et nous sommes inspirés – voire honteux – de voir la persévérance joyeuse d’un enfant au milieu des circonstances bien pire que n’importe lequel d’entre nous pourrait jamais savoir.

Mark Twain

Quand Mark Twain eu 21 ans, un enseignant lui a dit : « Mon garçon, tu dois te procurer un petit carnet de notes ; et chaque fois que je te dis quelque chose, écris-le tout de suite ». Il a continué à remplir environ 50 cahiers, remplis de pensées pleines d’esprit et d’observations puissantes sur la condition humaine qui ont fortement influencé son écriture.

Anaïs Nin

« Les gens recherchent des retraites pour eux-mêmes à la campagne, sur la côte ou dans les collines », a écrit Marc Aurèle. « Il n’y a nulle part où une personne peut trouver une retraite plus paisible et sans problème que dans son propre esprit… Alors offrez-vous constamment cette retraite et renouvelez-vous. »

Il n’y a peut-être personne dans l’histoire documentée qui a suivi ces mots plus religieusement qu’Anaïs Nin. Elle était une écrivaine prolifique, mais ses œuvres les plus importantes sont ses journaux. Nin a commencé son premier journal en 1914 à l’âge de onze ans et a gardé son journal jusqu’à sa mort 63 ans plus tard en 1977.