Vie

La Musique: Une Aide Précieuse Dans l’Adolescence

• Bookmarks: 20


Combien de fois est-ce qu’on voit des mecs s’amuser à écouter de la musique avec des écouteurs connectés au téléphone ? Si nous avons des enfants ou des petits-enfants adolescents, nous aurons certainement réussi à essayer d’attirer leur attention en leur enlevant une oreillette pour qu’ils écoutent ce que nous essayons de leur communiquer.

« Une vie sans musique serait comme un printemps sans fleurs » (Susanna, 14 ans)

L’adolescence, une période difficile de changements

Période difficile l’adolescence! On passe des certitudes absolues de l’enfance à remettre en cause n’importe quoi. A commencer par les figures les plus proches, presque toujours représentées par les figures parentales et les enseignants, qui de points de référence indispensables deviennent presque des ennemis, perçus comme des limites à sa propre autonomie naissante.

On n’est plus un enfant, mais on n’est pas un adulte, on n’a pas encore les moyens de l’être. On va à la recherche de sa propre identité, on se sent confus et fragiles. Le besoin des adultes de référence et de leur approbation est encore fort mais en même temps on tentent d’échapper à leurs règles et de s’opposer à leur façon de penser en essayant de se prouver qu’on est autonomes, qui n’a pas été influencé par le jugement des adultes.

Comment la musique vient en aide

À cet âge, la production d’hormones explose et tout ce qui se passe est souligné et perçu par le cerveau comme extrêmement important. Tout ce qu’on ressent se croit absolu. Et ainsi est la musique : elle amplifie les émotions, exalte les désirs, met des ailes à l’imagination, fait sentir libre d’imaginer et de rêver.

C’est dans cette phase que la musique prend une valeur énorme, elle permet de se confronter à ses humeurs qui souvent, précisément à cet âge, se révèlent difficiles à gérer et difficilement déchiffrables.

Entre 12 et 22 ans le cerveau traverse un rapide développement neurologique, typiques des adolescents sont les réactions amplifiées, les situations accentuées et extrêmes : dans ce contexte l’effet de la musique prend une importance énorme. C’est la grande production d’hormones de croissance qui dit à notre cerveau que tout est incroyablement important. Écouter de la musique a aussi une grande valeur sociale pour un adolescent.

C’est quand on est jeunes qu’on commence à écouter de la musique qu’on a choisie et qu’on la fait souvent avec des amis. Écouter la même musique fait partie d’un groupe et le genre de musique que vous partagez avec votre propre groupe finit par faire partie de notre sentiment d’identité.

La musique donne la voix aux émotions

C’est précisément dans le contexte confus auquel nous avons fait allusion que la musique commence à se tailler un espace important et à prendre une grande valeur, d’abord parce qu’elle permet de se confronter à ses émotions. Des émotions qui sont souvent encore inconnues, qu’on ne peut pas raconter aux autres et que même pour eux-mêmes sont pas claires et déchiffrables.

En un sens, on peut dire que la musique aide les adolescents parce qu’elle parle pour eux, elle donne voix à leurs pensées, à leurs peurs, elle les aide à faire la clarté dans leurs sentiments en obtenant un effet rassurant et tranquillisant.

Pour essayer d’avoir une image plus complète, en plus de se référer à des études et des théories sur le sujet, nous avons demandé l’opinion d’un adolescent et écouté l’opinion et l’expérience personnelle d’un jeune musicien talentueux, et professeur de lettres, qui vit quotidiennement le contact avec les adolescents et leur réalité en regardant avec une attention particulière leur rapport avec le monde musical.

« Si je pense à mon adolescence », nous raconte Mico Argirò, musicien et professeur, « je pense à l’inconfort, à la timidité, aux peines d’amour… À ces moments-là, il n’était pas naturel pour moi, pas même un choix, de mettre en place de la musique qui m’aiderait, peut-être même à sombrer dans la tristesse, mais qui me soutiendrait.

La musique est principalement ce dans l’adolescence: le premier soutien. Ce qui est paradoxal, c’est que je soutiens une chose complètement immatérielle et éthérée… après avoir été soutien mais devient instrument, instrument de réaction (beaucoup d’adolescents qui produisent de la musique, qui crient leur propre malaise ou se défoulent sur quelqu’un) et instrument d’agrégation (La musique fait groupe et le noyau social toujours et dans tous les contextes, des tribus jusqu’aux gangs, des religions jusqu’aux radicaux chics, se reconnaît dans la musique qu’il écoute) ».

Musique contre la solitude

Écouter de la musique est une façon de sortir du monde et de se concentrer sur soi-même et ses humeurs. On retrouve ses sentiments dans les chansons, ce qui a un double effet positif. D’une part, il fait se sentir moins seul: si quelqu’un a écrit une chanson particulière dans laquelle on se reflète si bien, cela signifie qu’il a ressenti les mêmes émotions.

D’autre part, il permet de regarder la même situation, cette émotion, de l’extérieur, d’un autre point de vue. Il permet de lui donner une signification symbolique et de la contenir sans être emporté.

« Depuis toujours la musique est une partie fondamentale de ma vie », nous dit Susanna, « je l’aime beaucoup et je l’écoute toujours, chaque jour, je n’imaginerais même pas une vie sans musique. Habituellement, le choix de ce que j’écoute dépend beaucoup de mon humeur, je n’écouterais jamais une chanson joyeuse si je suis déprimée ou une chanson super animée si je suis fatiguée.

Ce qui est bien avec la musique, c’est qu’elle s’adapte à chaque humeur, chaque pensée, elle est capable de toujours vous tenir compagnie, en fait la plupart du temps où je l’écoute seule. Mais la musique est aussi une excellente consolation dans les moments difficiles, il y a eu une période dans ma vie qui a été difficile à surmonter et l’une des raisons pour lesquelles j’ai été mieux était la musique. Je dois dire merci musique! ».

La fonction des idoles musicales

Écouter une chanson aide à revivre une expérience émotionnelle déjà vécue, à rester en contact avec elle en renforçant l’expérience elle-même, et la présence de cet ami symbolique, celui qui chante la chanson, devient un soutien qui aide à faciliter l’acceptation des émotions.

Il arrive souvent que ces personnages finissent par assumer précisément le rôle d’idoles. Ils deviennent des modèles à suivre parce qu’ils représentent des valeurs que l’adolescent entend partager, soit parce qu’ils ont atteint des objectifs désirables, soit parce qu’ils manifestent des aspects de leur personnalité que l’adolescent admire et dont il ressent le besoin.

Quand nous commençons à penser à comment nous voulons que notre vie devienne et que nous rencontrons des moments où nous pensons que nous ne pouvons pas le faire, ces chiffres viennent à l’aide en devenant des sources d’inspiration.

idole

Peuvent-ils devenir nuisibles? Cela dépend. Il est nécessaire de distinguer entre un processus d’identification dans lequel l’idole prend le dessus sur tout le reste, en s’éloignant de la réalité, en concentrant sur elle toute l’attention jusqu’à négliger les engagements (par exemple l’étude) et en conduisant à l’isolement social, et une saine imitation, dans laquelle une idole est imitée de manière positive et ne se substitue pas à la réalité et au quotidien d’un garçon, mais constitue seulement un exemple vers lequel orienter ses efforts.

La musique comme une occasion de comparaison

Mais revenons à la musique. Une de ses principales fonctions est de favoriser la confrontation avec les autres. Avec les amis on partage un genre musical préféré qui devient partie de son identité, permet de se reconnaître dans la manière de communiquer, de se rapporter, dans les idées transmises.

Généralement, le genre musical préféré a pour fonction de favoriser l’identification dans une culture différente de celle des parents en augmentant la cohésion du nouveau groupe d’appartenance, celui des amis. Dans cette musique sont enfermés leurs rêves et leurs sentiments, c’est une dimension avec laquelle on vit continuellement et qui permet de donner une voix à son ouïe, de se raconter à travers les mots d’une chanson.

L’idée de soi et le processus de réélaboration de ses valeurs à cet âge où l’on expérimente une tentative d’éloignement des membres de la famille, dont la présence discrète est toujours souhaitée, dépendent et sont fortement influencés par les relations avec les pairs qui deviennent un terme de comparaison pour expérimenter les changements en cours. Mais pas seulement, et pas toujours. Il peut aussi être une façon d’affirmer son identité.

« Il n’est pas important d’avoir les mêmes goûts que les autres ou de commencer à écouter un certain genre de chansons juste parce qu’ils le font tous », affirme Susanna, « La beauté de la musique, en fait, c’est qu’il y en a de toutes sortes pour que chacun trouve le genre dans lequel se refléter.

Je n’ai jamais eu les mêmes goûts musicaux que mes pairs, je suis toujours sortie des sentiers battus, maintenant tout le monde écoute le nouveau genre qui est à la mode, le trap, mais je ne reçois rien, j’aime les chansons qui vous frappent simplement par la bande sonore, sans le besoin d’entendre ou de comprendre tout le texte de la chanson donc j’écoute aussi de la musique étrangère ».

Musique et adolescents: un monde qui exclut les adultes

La musique que les adolescents écoutent diffère souvent de celle des adultes parce qu’une de ses caractéristiques doit être de devenir un lieu où les adultes sont exclus.

C’est sur ce point que portent souvent les préoccupations des parents, qui reconnaissent à peine à la musique de leurs enfants le pouvoir d’exercer une quelconque influence positive. Il serait utile de s’arrêter pour écouter cette musique, les paroles de ces chansons, en les considérant comme un message que les adolescents envoient aux adultes, une tentative de leur communiquer quelque chose que ne pouvons pas communiquer autrement. Souvent ces chansons sont des moyens de véhiculer des messages d’une certaine épaisseur, des plaintes sur le monde et sur ce qui ne va pas dans la société.

Ces problèmes sont ressentis et suscitent l’inquiétude, mail ils n’ont pas les moyens d’y faire face. Et cela aussi est un sentiment nouveau: dans l’enfance tout était possible, maintenant on ressent des limites et se sentir incapable de les affronter avec effroi. La musique offre un monde virtuel dans lequel se réfugier, un monde où, au moins, l’adolescent se sent compris.

« Tu connais une génération qui n’a pas entendu quand elle était jeune qu’elle écoutait de la mauvaise musique? », continue Argirò, « Non. Nous ne pouvons pas la connaître parce qu’elle n’existe pas… Le langage change et les adolescents ont besoin de quelque chose qu’ils entendent comme eux et seulement eux.

Généralement, c’est une phase et l’écoute du collège se répudie bientôt pour celle du lycée, qui à son tour cède le pas. Peu d’artistes accompagnent toute la vie, les autres gardent un halo mélancolique, mais ils passent.

Je ne peux pas comprendre pourquoi mes élèves écoutent certaines choses, j’y travaille aussi, mais je ne peux pas comprendre, et il est! Certaines choses sont aussi précieuses, d’autres certainement pas. Dans certaines on voit clairement l’envie de réaction à la famille et à l’éducation, dans d’autres on voit tant la mode, le goût de masse.

Beaucoup de ce que font les adolescents est dirigé par la mode, par ce qui « va », que vous ne pouvez pas ne pas aimer: donc cette obsession des marques, chaussures, vêtements, ainsi le trap ou certains types de rap. Mais c’est pareil pour les adultes. Moi, étant très curieux, j’écoute beaucoup de cette musique, j’aime certaines choses, d’autres je les trouve dégoûtantes; ce sera probablement parce que je vieillis ».

Dans la musique on cherche des réponses

L’adolescence est confrontée pour la première fois à la question du sens de la vie. La pénible recherche de sa place dans le monde, du sens de sa propre existence. Pour vivre un changement de cette ampleur de manière constructive, il faut avoir une motivation, c’est-à-dire identifier l’objectif vers lequel il doit orienter ses efforts. La société actuelle présente de nombreuses opportunités théoriques mais manque souvent d’une réelle occasion de les réaliser.

Prenons l’exemple du travail: les écoles de toutes sortes semblent offrir la possibilité de réaliser toutes leurs aspirations, mais nous savons malheureusement que rendre ces opportunités réelles dans le monde du travail qui se présente aujourd’hui est beaucoup plus difficile.

Dans cette réalité, il n’est pas étonnant qu’un adolescent cherche des poignées, des réponses, et quand il pense les avoir trouvées dans une chanson, il l’écoute et l’écoute des dizaines et des dizaines de fois.

Tout le monde a entendu nos adolescents fredonner la même chanson pendant des jours, des semaines, voire plus. Très souvent même pendant que nous essayons d’établir un dialogue avec eux. Mais ne se lassent-ils pas d’écouter toujours la même chose? Il y a une réponse.

En écoutant une musique que nous aimons, notre organisme libère de la dopamine, l’hormone du plaisir, qui réjouit notre cerveau avec un sentiment de bonheur et d’épanouissement. Cela nous permet de nous déplacer dans une sorte de zone protégée où nous nous sentons en sécurité et où nous pouvons nous détacher des problèmes auxquels nous sommes confrontés quotidiennement.

Facile à comprendre pourquoi nous voulons prolonger cette sensation à l’infini, pour pouvoir toujours profiter de ce sentiment de bien-être et de tranquillité que seule une situation que nous connaissons déjà comme agréable peut nous donner. Un peu comme quand, au restaurant, on finit toujours par commander notre plat préféré !

Pas seulement écoute, aussi la pratique est importante

Rapprocher les adolescents de la musique pas seulement comme utilisateurs mais aussi comme créateurs de musique est une bonne méthode pour mettre à l’épreuve leur talent en stimulant leur engagement personnel, en les aidant à devenir de véritables constructeurs de leur vie et pas simplement en utilisant des produits préemballés.

« La musique a aujourd’hui un bon rôle dans l’école », explique Argirò, « certainement plus que quand c’était mon tour de m’asseoir parmi les bancs, il a été fait beaucoup, mais tant de choses peuvent encore être faites. Je crois que le professeur de musique a un rôle important aussi humainement, empathique, compréhension, à travers l’univers musical a la possibilité d’atteindre l’univers intérieur des garçons.

Sur ce point, on peut encore faire quelques pas en avant, peut-être en mélangeant à la théorie musicale et à l’instrument de la musicothérapie des débats-échanges musicaux dans lesquels les adolescents ne se sentent pas jugés pour la musique qu’ils écoutent. On pourrait aussi donner de la place à la production électronique de la musique (qui est aujourd’hui essentielle), à la production intuitive (qui engendre aussi le plaisir de jouer), à la composition »

Bien que l’approche de la musique ne se produise pas dans les premières années, plusieurs études ont mis en évidence les effets bénéfiques de l’étude de la musique sur le cerveau des adolescents, notamment en ce qui concerne les compétences linguistiques, être en mesure de leur fournir une plus grande sensibilité à reconnaître les sons et à leur donner des réponses plus rapides et immédiates. Il en résulterait une plus grande facilité dans l’étude des langues étrangères.

musique psychologie

Pour exécuter un morceau, il faut mémoriser plusieurs étapes, par exemple choisir comment le jouer et anticiper mentalement le résultat, des éléments qui exercent le raisonnement analytique et la capacité de résoudre des problèmes. Ce qui a pour effet d’améliorer la concentration et la coordination.

De plus, pour jouer, il faut aussi savoir reconnaître les schémas et les structures, et cela stimule la zone du cerveau où la pensée logique et mathématique a lieu.

Jouer favorise les représailles sociales et la formation de la personnalité

Jouer des chansons, surtout si vous faites partie d’un groupe, a aussi des effets très positifs sur les rapports sociaux et le développement de la personnalité: il apprend à être avec les autres et à communiquer, il enseigne la collaboration et l’autodiscipline, renforce l’estime de soi à travers l’amélioration que vous obtenez avec la pratique et la perception de l’utilité de votre propre rôle au sein du groupe. Enfin, comme toute forme d’art, il stimule la créativité et soulage le stress.

Étudier avec la musique: oui ou non?

Plusieurs études ont traité d’un sujet cher aux parents: étudier avec la musique est-il utile ou nuisible ?

« La musique est ma routine et elle m’aide même dans les moments d’ennui », dit Susanna, « peut-être que quand j’étudie depuis des heures et que je n’en peux plus, il m’arrive de finir sur ma playlist et de commencer à l’écouter, il suffit de me redonner de l’énergie! ».

L’utilité ou non d’étudier avec la musique est en effet controversée. Selon certains, si elle est utilisée comme sous-fond, elle sert à se détendre, à prendre ses distances par rapport aux anxiétés et aux préoccupations en favorisant la concentration.

Considérant qu’il serait préférable de choisir la musique instrumentale, où l’absence d’une voix réduirait considérablement l’effet de distraction, le discours est très subjectif et dépend de plusieurs facteurs, Ce n’est pas le moindre de l’habitude ou non d’étudier avec des bruits de fond et de la facilité avec laquelle on a tendance à se distraire. Même le type d’étude que nous faisons face a son propre poids, en particulier la musique obtiendrait un effet positif dans les études qui nécessitent un raisonnement abstrait.

« Cela dépend, cela dépend beaucoup », conclut Argirò, « Cela dépend de la personne, de la musique, du moment. Parfois, je trouve la musique ennuyeuse, elle ne m’aide pas, dans d’autres, elle est essentielle. Je pense qu’en apprenant à se connaître et à s’accorder sur nos goûts et nos rythmes, on arrive à la meilleure solution.

C’est pourquoi je pense que les adolescents doivent expérimenter, mais vraiment expérimenter. Cela m’aide beaucoup quand j’étudie ou quand j’écris les bandes sonores des films, alors que le classique me distrait (sauf les suites de violoncelle de Bach, ne me demande pas pourquoi) et ne m’aide même pas ma musique préférée, Celle que j’ai sur les playlists que j’écoute dans le métro ou quand je marche.

Le son est un matériau, je le dis toujours, pour ceux qui créent et pour ceux qui écoutent: la meilleure chose à faire est de jouer, d’expérimenter et de connaître autant que possible ».

Une curiosité est que si pour les extravertis la musique en arrière-plan est souvent entendue comme une aide, les introvertis montrent plus de difficultés de concentration et de propension à être distrait.

Aussi pour cette raison existe une explication scientifique. Pour ce qui est des effets de la dopamine, que nous avons déjà mentionnés, les introvertis préfèrent ceux de l’acétylcholine, autre neurotransmetteur qui produit cependant un sentiment de bien-être lorsque nous nous consacrons à la méditation et à l’introspection: il est facile de comprendre que dans ce cas, avoir à gérer la présence de stimuli externes, comme la musique, peut être perçu comme un élément perturbateur.

Annalisa Balestrieri
20 recommended
bookmark icon

One thought on “La Musique: Une Aide Précieuse Dans l’Adolescence

    Write a comment...

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.