Nicolas Galli

Comment Améliorer La Satisfaction
 De Nos Besoins En Apprenant Á Se Connaître

Introduction

S’il y a bien quelque chose de commun à tous les hommes, c’est la recherche du bonheur. Et qui dit bonheur, dit satisfaction de ses attentes, désirs et besoins. Le besoin d’estime passera pour certains par le fait d’avoir une très belle voiture, quand pour d’autres ce sera plutôt le fait d’avoir un poste élevé au sein de l’entreprise.

Bref, vous l’avez compris alors que le nombre de nos besoins est limité, il existe une multitude de désirs permettant de les assouvir.

Dans cet article, nous allons essayer de décomposer encore un peu la célèbre théorie des besoins d’Abraham Maslow, en cherchant à optimiser la façon de l’utiliser pour la rendre super profitable.

Qu’entend on par la notion de besoins ?

a) Définition générale

Si l’on en croit le dictionnaire, un besoin est « une exigence pour l’être humain ou l’animal, provenant de la nature ou de la vie sociale. »

D’entrée avec le mot exigence, on comprend le côté impératif de la chose. Cela sous-entend que ce n’est pas optionnel mais bien vital. Si on peut se passer de certaines choses, comme le dernier modèle d’Iphone par exemple, on ne peut se passer de manger et de boire.

On comprend également, que pouvant concerner l’animal ou l’homme, il y a une part des besoins qui est inhérente à la constitution primitive de l’être. Cependant la fin de la définition évoque « la vie sociale », et renvoie donc à des aspects de vie avec ses semblables, en Société, plus fréquente chez l’être humain.

Dans le milieu du développement personnel, la théorie d’Abraham Maslow, même si elle fut l’objet de certaines critiques (nous le verrons par la suite), fait office de point de départ de l’analyse et de la quête de compréhension du comportement de l’Homme.

b) Les besoins selon la théorie de Maslow

En deux mots Abraham Maslow était un psychologue américain du XXème siècle, rendu célèbre grâce à sa théorie de la motivation de l’être humain à travers l’identification et la hiérarchisation des besoins de ce dernier.

Il modélisa donc, sa théorie sous la forme d’une pyramide à plusieurs étages, ayant pour base les besoins primaires.

Comment Améliorer La Satisfaction
 De Nos Besoins En Apprenant Á Se Connaître

Le psychologue définit les différents niveaux de la pyramide par ordre d’importance, avec à la base les besoins les plus importants (urgents) que l’homme doit satisfaire. Il définit ainsi :

les besoins physiologiques : manger, boire, se reproduire ; que nous partageons avec les animaux

les besoins de Sécurité : satisfaits par les désirs d’avoir un toit, d’être sûr de gagner assez d’argent pour satisfaire les besoins du foyer

les besoins d’Appartenance : renvoyant à tous les désirs qui viennent combler le souhait de se sentir appartenir à une famille ou à un groupe social

les besoins d’Estime : par estime il faut comprendre d’estime de soi, c’est à dire le besoin d’être fiers de ce que nous sommes

et les besoins de se Réaliser : c’est à dire les besoins de s’accomplir via la réalisation de nos rêves, de nos projets.

La philosophie de la théorie de Maslow

a) La Pyramide des besoins

Il est important de comprendre que l’utilisation de la forme pyramidale n’est pas fortuite, elle se justifie par une explication évidente.

Les besoins primaires, forment donc la base, et les quatre « étages » supérieurs ne peuvent (selon la théorie de Maslow) être satisfaits qu’à condition que les besoins des niveaux du dessous soient satisfaits.
Pour l’illustrer c’est très simple : une personne qui a du mal à se nourrir et qui dort dans la rue, ne cherchera pas à satisfaire son besoin d’Estime, tant qu’elle n’aura pas réussi à satisfaire ses besoins élémentaires.

Cependant, si le nombre de besoins est limité, les possibilités pour les satisfaire sont innombrables. Le besoin de sécurité pourra être comblé par le désir d’acquérir un gros chien de défense pour certaines personnes, par le désir d’avoir une arme à feu pour d’autres et par le fait de truffer son domicile d’alarmes pour d’autres.

Le besoin d’estime, pourra être satisfait par le fait de passer à la télévision pour certains quand d’autres ne jureront que par le fait d’avoir une voiture de sport.

b) Critiques du modèle théorique

Même si la théorie des besoins élaborée par Abraham Maslow fait office de référence dans l’analyse des besoins humains, elle n’en reste pas moins remise en question pour certains aspects.

Tout d’abord concernant le respect d’un ordre de satisfaction des besoins. L’exemple que je prenais quelques lignes plus haut en est la meilleur illustration. On constate, de plus en plus, des comportements que Maslow considérerait comme irrationnels.

Le meilleur exemple, pour l’illustrer, est certainement le besoin d’estime poussant certains individus à préférer acquérir le tout dernier Iphone, plutôt qu’à se nourrir convenablement. Ceci est un exemple caricatural certes, mais que l’on rencontre de plus en plus.

Les scientifiques vont même jusqu’à dire qu’au XXIème siècle la personnalité de l’individu, son « socio-style », influencerait directement son attitude. Un individu agirait différemment selon qu’il attache plus d’importance à l’action et aux tâches à accomplir, plutôt qu’aux individus, aux personnes.

De plus, un autre ingrédient viendrait bouleverser les postulats du modèle: sa relation au pouvoir.

Une autre critique et peut-être même, LA, critique majeure, qui revient régulièrement concernant la théorie des besoins de Maslow, ne porte pas sur le fond mais sur la méthodologie utilisée par son théoricien pour l’établir.

La non représentativité de l’échantillon de personnes étudié par le psychologue américain (majorité d’hommes blancs du même niveau social) rendrait caduques les résultats obtenus.

Pourquoi le MBTI est une solution pour accroître notre plénitude ?

a) Rappel de ce qu’est le MBTI

Avant de commencer cette partie il est important de revenir sur ce qu’est le MBTI, le Myers Briggs Type Indicator. C’est un outil de développement personnel basé sur l’évaluation du profil psychologique de la personne.

Comment Améliorer La Satisfaction
 De Nos Besoins En Apprenant Á Se Connaître

Du nom de ses fondatrices théoriciennes, Katherine Cook Briggs et sa fille Isabel Briggs Myers, ce modèle est fondé sur les travaux du psychologue suisse Carl Gustav Jung, et sur les préférences psychologiques de chaque être humain dans quatre domaines :

– la façon privilégiée que l’on a de trouver notre énergie : de manière extravertie en cherchant les interactions sociales ou introvertie, en s’isolant du monde

– la façon dont on recueille les informations, en utilisant prioritairement nos 5 sens (mode sensitif), ou plutôt notre intuition

– le canal pour lequel on va naturellement opter pour réagir, utilisant de préférence notre logique ou de préférence notre cœur

– et enfin notre style de vie, déterminé surtout par notre relation au temps

L’aboutissement est la constitution d’une matrice constituée de 16 profils différents, les « types », qui décrivent avec une précision redoutable les 16 personnalités regroupant 100 % de la population.

On peut également dire que de nombreux psychologues se sont appuyés sur ces travaux particulièrement pertinents au cours de la seconde partie du XXème siècle.

L’un d’entre eux, David Keirsey, a réussi à mettre en évidence 4 grands groupes (qu’il appellera « tempéraments ») :

– les « Idéalistes »
– les « Artisans de projets »
– les « Gardiens des traditions »
– et les « Rationnels »

Il serait possible de développer encore tous les enseignements que l’on peut tirer de ces travaux pendant des heures. Cependant, nous allons nous concentrer dans cette dernière partie de l’article, sur la façon dont on peut rapprocher et utiliser ces travaux avec la théorie des besoins d’Abraham Maslow.

b) Apprendre à comprendre ses priorités

Quand j’écris que le MBTI peut vous aider à accroître votre niveau d’épanouissement, je veux dire que par la prise de conscience et par la compréhension de votre propre fonctionnement (qui vous est personnel), vous pouvez réussir à maximiser votre plénitude.

En décomposant votre comportement naturel, en cherchant à comprendre pourquoi vous aimez telle activité et n’appréciez pas tel environnement, je suis convaincu que vous pouvez parvenir à mieux contrôler (c’est le terme) votre accomplissement personnel !

Certes le comportement de l’homme (ou de l’animal d’ailleurs), influencé par 4000 ans d’évolution « darwinienne », fait que nous ne sommes pas attirés par ce qui nous est désagréable (se brûler avec du feu par exemple) et vice-versa.

Mais si nous arrivons à démonter notre propre fonctionnement cognitif, à décomposer et à mieux appréhender le pourquoi de nos réactions, nous avons un levier d’accélération de notre système d’apprentissage incroyable.

Je ne rentrerai pas ici dans le détail de chaque profil, ce serait beaucoup plus précis mais un peu long.
Simplement en se limitant aux 4 tempéraments cités précédemment, il est possible de comprendre par exemple, qu’un individu faisant partie du « groupe des artisans », aura un besoin intrinsèque à sa nature de chercher à développer des projets. Il cherchera systématiquement à entreprendre 1000 et une nouvelles activités sans forcément aller au bout.

Sachant cela, on peut imaginer que l’importance du besoin de sécurité chez lui, est bien moindre qu’une personne du tempérament « gardien des traditions ». En effet, pour cette dernière, la priorité étant avant tout la préservation du cadre, tous les changements (surtout s’ils sont brutaux) sont sources d’inconfort. Chez une personne de ce groupe là donc, l’importance du besoin de sécurité sera supérieure à la moyenne des gens.

Par contre, chez elle, le besoin d’estime, sera moins essentiel que chez un individu du « tempérament » des artisans.

Nous venons de le voir, chaque personne peut, en améliorant sa connaissance d’elle-même, décortiquer et comprendre sa propre pyramide de Maslow.

c) Comprendre les besoins plus essentiels à votre « tempérament » MBTI

Suivant la même logique, il est possible d’essayer de décrire pour chacun des 4 tempéraments, les besoins qui seront les plus essentiels à satisfaire.

Le postulat de cette réflexion est de se dire qu’en fonction de nos préférences cognitives (donc innées) nous n’accordons pas la même importance à la satisfaction de nos différents besoins.

Le Tempérament des « Idéalistes » :

Accordant, une grande importance à l’image qu’elles renvoient d’elles-mêmes, les personnes appartenant à l’un des 4 « types MBTI » du groupe des « idéalistes », accordent une plus grande importance à la satisfaction de 2 Besoins :

le besoin d’estime
le besoin de se réaliser

A l’inverse, perdues dans leurs rêveries, des besoins vitaux aussi essentiels que les besoins physiologiques (manger, boire, dormir…) peuvent être négligés ! Il n’est pas rare de voir des personnes de ce tempérament oublier de se nourrir suffisament.

Le Tempérament des « Artisans de projets » :

Les individus des 4 profils MBTI de la famille des « artisans » (de projets), partagent tous la fonction Sensitive pour recueillir leurs informations dans leur quotidien. Ils utilisent donc tous leurs 5 sens de manière instinctive et sont donc naturellement très orientés vers la satisfactions des plaisirs sensoriels.
Ainsi, à la différence des « idéalistes », ils accordent généralement beaucoup plus d’égard aux besoins physiologiques.

D’autre part, ayant tout le temps cent milles projets en cours, il est tout à fait logique de se dire que le besoin de se réaliser et le besoin de sécurité, peuvent être négligés. Ils prendront des risques très (trop?) facilement.

Le Tempérament des « Gardiens des traditions » :

Chez les « gardiens » certains besoins sont encore plus essentiels à satisfaire que chez les êtres des 3 autres tempéraments : tout d’abord, les besoins physiologiques. Étant très attachés à l’aspect pratique des choses dans la vie, ils veillent systématiquement à assurer que leurs proches et eux-mêmes aient de quoi « survivre » (plus que de raison). Le terme est un peu fort, mais il faut comprendre que pour les personnes appartenant aux 4 « types » de ce groupe, il est essentiel d’assouvir prioritairement les besoins fondamentaux.

Ils n’aiment pas non plus, du fait de leur nature profonde, les changements et cherchent à préserver les traditions. Ainsi le besoin de sécurité, est chez eux plus développé que chez la plupart des gens.

Le Tempérament des « Rationnels » :

Enfin les 4 « types MBTI » que l’on regroupe dans la famille « des rationnels », ont en commun d’aimer les challenges. En ce sens, ils apprécient particulièrement les stimulations intellectuelles. On peut donc penser que le besoin d’estime de soi, a une place plus importante dans la pyramide de Maslow que celle que la théorie lui accorde (je parle bien du regard qu’ils portent sur eux-mêmes).

De même, les individus appartenant aux 4 profils de ce tempérament ont généralement une propension à chercher l’accomplissement plus grande que la moyenne (rejoignant sur ce point les « artisans »).

Ils aiment tout particulièrement relever les challenges et résoudre les problèmes. Ces caractéristiques justifient qu’ils désirent plus que de raison aller au bout de leurs projets.

A l’inverse, étant peu sensibles à tout ce qui touche aux domaines de l’émotionnel, il est logique de comprendre que les personnes « rationnelles » n’accordent pas autant d’importance que les autres « types » au besoin d’estime venant du monde extérieur. Après tout, ils se moquent royalement du regard des autres !

Ceci explique également que le besoin d’appartenance est presque inexistant chez eux. Ce qu’il faut comprendre par là, c’est qu’ils sont beaucoup moins sensibles à l’affection que leur portent les autres personnes. Ils n’en sont vraiment pas dépendants en tous cas !

Conclusion :

Que la théorie de Maslow ne soit pas parfaite n’empêche en rien d’admettre que dans les grandes lignes son analyse et son concept de Pyramide, liste effectivement l’ensemble des catégories de besoins d’un être humain.

Pour satisfaire ses besoins, chaque individu optera pour différents canaux qui lui seront propres. Mais là où il est très pertinent de croiser cette théorie avec celle des fonctions cognitives décrites par Carl Jung, c’est que cela permet d’affiner encore sa « propre Pyramide ».

Comme nous l’avons vu dans la dernière partie de mon article, chacun d’entre nous accordera plus ou moins d’importance à telle ou telle catégorie de besoins en fonction de son « tempérament » MBTI. Mais en poursuivant cette démarche il est possible d’affiner encore cette analyse et d’aboutir à une Pyramide, spécifique à chacune des 16 personnalités décrites par les psychologues du MBTI… De quoi mieux comprendre encore les comportements humains !

Facebooktwitterpinterestlinkedin