Vie

Comment La Musique Affecte Notre Estime De Soi

• Bookmarks: 21


La musique a toujours joué un rôle important dans la société. Elle a accompagné des moments comme par exemple les luttes contre les discriminations, elle a donné naissance à des modes et à de nouveaux styles de vie.

En plus de créer la cohésion sociale et des messages partagés, la musique peut également affecter la relation avec nous-mêmes. Écouter de la musique qui transmet des messages positifs peut influencer positivement l’humeur, aider à faire naître une vision plus optimiste de la réalité, en abaissant le niveau de stress et améliorer l’opinion de soi.

La musique influence la pensée

Des recherches ont en effet montré que les changements d’humeur provoqués par la musique, bien que temporaires, contribuent à améliorer notre autoévaluation. Une expérience a révélé comment les participants impliqués ont montré une augmentation de l’estime de soi si soumis à l’écoute de la musique qui transmettait des pensées positives, par rapport à ceux qui ont été soumis à l’écoute de la musique qui, au contraire, faisait appel à des sentiments associés à la tristesse. Résultat encore plus évident chez ceux qui avaient précédemment déclaré avoir une faible estime de soi: dans ce cas, l’écoute de la musique triste a eu pour effet d’abaisser encore plus sensiblement l’opinion de soi.

Effet empathie

Comment fonctionne ce mécanisme qui permet à la musique d’affecter notre estime de soi? Tout d’abord, nous disons qu’il n’y a pas de musiques qui peuvent être qualifiées d’utiles à cet effet a priori. Tout dépend de notre perception, de notre goût, de la façon dont une chanson nous parvient et de la relation que nous entretenons avec elle. L’empathie joue en effet un rôle déterminant.

Quand nous écoutons une chanson qui peut faire naître un sentiment d’empathie entre nous et ceux qui la chantent, il nous vient spontanément penser que nous pouvons faire nôtre son expérience de vie jusqu’à la partager et nous avons tendance à nous identifier avec lui en faisant nôtres les concepts qu’il exprime. Si la chanson exprime une autoévaluation positive, nous serons également amenés à nous évaluer de manière plus indulgente.

Nous voyons beaucoup de stars de la musique internationale se présenter avec une image « gagnante ». Forte, confiante, déterminée à poursuivre leurs rêves et déterminée à réussir dans ce qu’elles se sont fixées. Le message qu’ils veulent faire parvenir à leur public se base aussi sur une idée de partage à travers laquelle celui qui écoute sent qu’il peut faire sien cette façon de penser et de l’utiliser pour faire face aussi à ses défis et à ses difficultés quotidiennes avec plus de détermination.

Il en résulte que les messages qui nous parviennent à travers la musique peuvent également avoir un poids dans l’orientation de notre façon de penser et de nous comporter. Idéaliser un artiste peut conduire à partager, et parfois même à justifier, ses idées en les faisant nôtres et en influençant en conséquence notre processus cognitif. Cela dit, il est facile de comprendre quel est le pouvoir de la musique si l’on considère sa capacité à véhiculer des messages et à toucher un grand nombre de personnes. À cet égard, nous avons déjà abordé ce sujet en parlant de la relation entre les adolescents et la musique.

Les idoles musicales: qui ils sont et à quoi ils servent

Nous ne pouvons pas négliger de dédier quelques lignes à une forme de relation qui se crée entre le musicien, peut-être mieux dire l’interprète d’une chanson ou le chanteur d’une chanson, et la partie la plus passionnée de ses auditeurs qui est normalement définie comme fan.

idole estime de soi

Il faut dire qu’aujourd’hui la diffusion des médias a augmenté l’intérêt pour les personnages connus et leur vie, il est facile d’avoir l’impression de pouvoir entrer dans la vie d’un artiste, pour partager des expériences et des pensées comme nous l’avons vu avec l’émergence de relations empathiques. Ce qui naît, plus qu’une véritable relation sociale, peut être défini comme une relation parasociale, dans laquelle la réciprocité typique d’une relation n’est pas réelle mais simulée par l’une des parties.

La nécessité de satisfaire des besoins

Comme dans tout type de relation, même celle entre un fan et son idole répond à des besoins spécifiques. Le psychologue américain George Stever classe les sources d’attraction à la base de ces besoins psychologiques qui sont satisfaits par une relation parasociale:

  • l’attrait pour les capacités et les performances de l’idole: dans ce cas, l’idole peut avoir l’effet positif d’encourager par son exemple l’engagement pour atteindre ses objectifs;
  • attraction romantique qui fait naître et nourrit des fantasmes: elle permet d’expérimenter des émotions dans un contexte sûr, sans craindre les désillusions d’une partie adverse qui pourrait s’avérer indifférente ou hostile;
  • idéalisation du héros: l’idole incarne la figure parfaite que la réalité nous offre difficilement, ses défauts sont justifiés ou non considérés;
  • identification: sont recherchés tous les éléments, vrais ou présumés, qui nous rapprochent de notre idole pour refléter sur nous les caractéristiques qui le rendent si unique et augmenter, en conséquence, notre estime de soi;
  • attachement parental: un aspect typiquement féminin qui consiste dans le désir de protéger et de prendre soin de ceux que nous aimons et que nous chérissons.

Recherche de l’approbation sociale

Le désir d’avoir une idole à laquelle s’inspirer est généralement associé de façon particulière aux personnes qui se trouvent mal à l’aise dans les situations réelles, personnes très timides et introverties qui ont des difficultés à interagir de manière satisfaisante avec d’autres personnes réelles. Mais ce n’est pas toujours le cas.

La société dans laquelle nous vivons nous dicte des exigences et des modèles considérés comme des gagnants qui sont récompensés par l’approbation sociale. Il est facile de se sentir inadéquat, non pas à la hauteur des attentes des autres, mais aussi de nos attentes. Ceux qui nous semblent posséder ces conditions deviennent donc à nos yeux des modèles à suivre, avec un sentiment mixte d’admiration et d’envie.

Pour conclure, nous devons aussi souligner combien souvent l’idée que nous nous faisons de notre idole ne correspond pas à la réalité, si bien que lui-même aurait du mal à se reconnaître dans l’image que nous nous sommes créés de lui. Mais ça n’a pas d’importance, ce qui compte c’est qu’il réponde à nos besoins du moment, jusqu’à ce que nous arrêtions d’avoir besoin de lui.

Annalisa Balestrieri
21 recommended
bookmark icon

Write a comment...

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.